Retour
Autres Infos ArchivesRapports annuelsParteniresDons et financementCampagne de visibilitéFinancer l'imaginaire Présentation et perspectives
jacques_clement_recipiendaire_2014

Prix Jean-Guy-Barbeau pour la reconnaissance de l'excellence

Jacques Clément, chef d'orquestre
Catégorie
Apport exceptionnel à la musique

Jacques Clément, lauréat 2014

Photo : Tom Core
Jacques Clément, directeur artistique et chef d'orchestre de L'Orchestre symphonique du Saguenay—Lac-Saint-Jean accompagné ici, de gauche à droite, par Michel Pedneau et Sylvie Gaudreault, respectivement vice-président et vice-présidente du CAS, et de madame Marcelle Barbeau veuve du peintre.

 

Résumé de la candidature retenue en 2014

Né à Tours en France en 1944, le lauréat 2014 du Prix Jean-Guy-Barbeau pour la reconnaissance de l'excellence étudie la clarinette et la musique de chambre au sein des conservatoires de Tours, Nancy et Versailles puis au Québec au Conservatoire de musique du Québec à Montréal où il remporte en 1976, le Premier prix de direction d'orchestre.
Arrivé au Canada en 1971, il profite de la proximité des États-Unis pour parfaire son art de la direction d'orchestre auprès de la Fondation Pierre-Monteux dans le Maine.
À partir de 1976, il entame une fructueuse carrière de chef d'orchestre au pupitre de l'Orchestre civique des jeunes de Montréal et de l'Orchestre des jeunes de Sherbrooke. Durant une décennie, il dirige également, à titre de chef invité, l'Orchestre de chambre de Radio-Canada à Québec.

En 1979 il s'implique activement, dans le contexte de l'émergence de l'identité culturelle du Québec, à la fondation de l'Association des orchestre des jeunes du Québec dont il est aujourd'hui le conseiller musical et le tout récent récipiendaire du Prix Fernand-Lindsay pour sa contribution au rayonnement de la musique chez les jeunes.
De 1979 à 1986, tel un commis voyageur de la grande musique, il se déplace constamment entre Montréal, Trois-Rivières, Sherbrooke et le Saguenay assumant la direction de cinq (5) orchestres et agissant, chez nous, en tant que chef de l'Orchestre Symphonique du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Ce parcours unique et cette prolifique itinérance lui apportent, au cours des ans, la connaissance et la collaboration des ressources les plus prometteuses en matière d'enseignement et d'interprétation de la musique classique au Québec et lui valent le développement d'une vision structurante de l'enseignement et du rayonnement de la musique au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Fort de ses acquis, il assume, de 1980 à 1984, la direction artistique du Camp musical de Métabetchouan et est nommé, en 1986, directeur du Conservatoire de Chicoutimi dont il supervisera, au début des années 90, le complexe déménagement dans l'ancien Palais de justice de Chicoutimi.

À partir de 1986, année où il s'installe à demeure au Saguenay, il met à profit ses nombreuses connaissances et compétences, son temps et son énergie pour la promotion et le développement de l'enseignement et de la pratique musicale dans toute la région.

Fondateur passionné de plusieurs organismes musicaux qui ont traversé le temps, dont l'Orchestre des jeunes du Saguenay-Lac-Sain-Jean, en 1988, le Quatuor Alcan et le Choeur symphonique en 1989, il oeuvre, avec tact et pédagogie, en tant que directeur artistique et chef d'orchestre de l'Orchestre Symphonique du Saguenay-Lac-Saint-Jean pour offrir à la communauté de grands concerts qui vaudront à notre orchestre, en 2000, le Prix Opus remis par le Conseil québécois de la musique.

Visionnaire, ouvert, humain et diplomate il a su implanter dans le respect des partenaires, des musiciens professionnels et des jeunes élèves, les outils et les structures nécessaires au rayonnement de la musique au Saguenay et surtout, et qu'on l'entende bien, il a su faire de l'Orchestre symphonique du Saguenay-Lac-Saint-Jean un puissant et incontournable ambassadeur de la vitalité artistique du Saguenay.

Toujours prêt à s'investir et à travailler en collaboration, il a notamment contribué à la démocratisation de sa discipline et à l'accessibilité à la musique classique en participant à des aventures musicales inusitées avec entres autres le Centre d'Expérimentation Musicale, le Festival Jazz & Blues de Saguenay, le Salon du livre du Saguenay–Lac-Saint-Jean, le festival Regard sur le court métrage, le festival des Rythmes du monde, les 150e anniversaires de Chicoutimi et de Jonquière sans oublier l'extraordinaire concert extérieur de Saguenay Capitale culturelle 2010 en hommage à Arthur Villeneuve, au bassin de la rivière Chicoutimi.

Photo : Tom Core

Plus récemment, son implication directe comme conseiller dans le processus de mise en oeuvre des hautes exigences acoustiques relatives au Théâtre Banque Nationale et à l'acquisition de son piano de concert Steinway réconcilie le milieu artistique avec le projet de restauration de l'Auditorium Dufour.
Cette riche expérience du domaine musical et pédagogique fait du Maestro Jacques Clément, de son verbe et de sa baguette une référence unique en matière de musique et le lauréat incontournable de la plus haute distinction du Conseil des arts de Saguenay pour son apport exceptionnel à la musique : le Prix Jean-Guy-Barbeau pour la reconnaissance de l'excellence. Prix qui lui sera remis lord d'une cérémonie officielle au Théâtre Banque National avant le dernier spectacle de fermeture du 35e anniversaire de la saison grand concert la Traviata le 26 avril 2014 devant un nombre impressionnant d'amis, de musiciens, de membres de sa famille et d'intervenants des arts et de la culture.

Photo : Tom Core